Généalogie d'un breton

Dernières modifications
    • Cousinages MUZET et GRALL
    • Cousinages GOT et BALLOT
    • Liens
    • Itinéraires MOCHON x LENOIR
    • Itinéraires FARCY
    • Une lettre...

Mis à jour le 11/04/2021

Traces des ancêtres

Le but de ces pages est de recenser le traces des ancêtres qui sont trouvés dans des ouvrages, ou des présentations de travaux, comme ceux des sociétés savantes.

Pierre GOUPIL (sosa 3600)

Peintre vitrier à Argentan, marié à Barbe GOUPIL, il est fils de Jacques GOUPIL x Barbe LIARD

Il est cité dans le Bulletin de la Société historique et archéologique de l'Orne, 1898, T17

Cet extrait parle de l'église de Notre Dame de la Place à Argentan.

"Pendant que cette communauté se formait ainsi au plus grand détriment de Saint-Martin, cette église réparaît peu à peu, à l'aide de ses propres ressources, les ruines que les Huguenots y avaient amoncelées. On y travailla depuis 1607 jusqu'en 1651 ; à cette dernière époque, les murs de la nef se trouvèrent restaurés jusqu'à la hauteur qu'ils avaient avant le désastre. On commença en 1607 par le rétablissement de la charpente et par la construction d'un arc-boutantau côté nord du choeur, qui était à peu près ruiné. C'était alors M. Mary-Moulinet qui était trésorier de la fabrique; il fit restaurer les panneaux des verrières, qu'il fit replomber elles-mêmes par maître Pierre Goupil, peintre et vitrier. Le 24 août de la même année 1607, les paroissiens allouèrent des fonds au même trésorier pour faire construire la voûte du choeur. Moulinet fit marché avec Jacques Gabriel et lui alloua un supplément pour reconstruire l'arc-boulant qui se trouve au-dessus du guichet que l'on devait boucher quelques années plus tard. Ces travaux se trouvèrent exécutés en 1608. Le trésorier fit, en outre, appuyer le ceintre de la dernière arcade du chanceau. C'était le nom que l'on donnait alors au choeur où l'on chante ; le mot choeur signifie plutôt lieu où l'on danse ; il fit peindre, toujours par le même Goupil, les armoiries du sieur Chantelou, écuyer, et de son épouse, selon les clauses d'un contrat de fondation qu'il avait fait en faveur de l'église. On replaça et on garnit de plomb les vitres démontées. On répara la couverture entière de l'église ; la dépense totale dépassa la somme de 1.000 livres, ce serait une autre somme aujourd'hui."

Mis à jour le 13 novembre 2018

 


 

[an error occurred while processing this directive] [an error occurred while processing this directive]